Dans la vie active et en période de crise, évitons les “pseudo-amis” (In life and in times of crisis, avoid the “pseudo-friends”)

Le Monde:

L’émergence des réseaux sociaux virtuels, tels Facebook, LinkedIn, Viadeo ou Twitter, a tendance à imposer l’idée que le nombre de ses amis, contacts, “followers”, est un gage de qualité personnelle. Un “sans amis” est moqué dans les cours de récré et dédaigné aux abords de la machine à café.

Cette idée vient d’être battue en brèche. “Le nombre optimal d’amis dépend des conditions socio-économiques”, relativisent deux chercheurs, Shigehiro Oishi, professeur associé au département de psychologie de l’université de Virginie (Etats-Unis), et Selin Kesebir, professeur de psychosociologie des organisations à la London Business School de Londres.

Read the whole story: Le Monde

Leave a comment below and continue the conversation.

Comments

Leave a comment.

Comments go live after a short delay. Thank you for contributing.

(required)

(required)