Les personnes malades sont détectables à l’odeur (Sick people have a detectable odor)

Le Figaro:

Bière rance, pain brûlé ou encore viande de boucherie: ces senteurs peu avenantes se dégagent de personnes atteintes respectivement de scrofule (une sorte d’affection tuberculeuse), de fièvre typhoïde et de fièvre jaune. Mais la liste ne semble pas s’arrêter là. Selon différents travaux, les malades émettent en effet différentes odeurs caractéristiques dues à la production de substances volatiles libérées dans le souffle, la transpiration ou encore les urines. Une nouvelle étude parue fin janvier dans Psychological Science va plus loin et montre que ce phénomène apparaît dès les prémices de la maladie et peut être repéré par un nez humain.

Pour le savoir, les chercheurs ont fait sentir des malades tout juste infectés à des volontaires. En pratique, ils ont injecté chez des personnes saines un composant de la membrane de certaines bactéries (lipopolysaccharide) et capable de déclencher une réaction immunitaire rapide. Chez d’autres volontaires, ils ont injecté une solution saline dénuée d’effet immunogène. Chaque participant portait un t-shirt moulant permettant d’absorber la transpiration.

Read the whole story: Le Figaro

Leave a comment below and continue the conversation.

Comments

Leave a comment.

Comments go live after a short delay. Thank you for contributing.

(required)

(required)